Voir et photographier la Voie lactée est toujours un vrai plaisir. La nuit quand la lune est absente, que le ciel est bien dégagé, en s’éloignant de la pollution lumineuse il est possible en France de profiter d’une jolie voûte céleste. Régulièrement quand les beaux jours reviennent, j’ai plaisir à passer des nuits à observer ce spectacle nocturne avec les étoiles filantes (surtout pendant les Perséides), principalement en Lorraine, surtout en Meuse pour profiter de conditions d’observation avantageuses. Vous pouvez d’ailleurs retrouver l’ensemble des prises de vues nocturnes en astrophotographie sur la galerie dédiée.

Photographier la Voie lactée à 2500 mètres d’altitude !

En juillet dernier, Stéphane Noll et moi sommes partis à la découverte de la superbe région italienne des Dolomites, région totalement montagneuse et extrêmement photogénique. Le but en quittant Nancy une semaine était bien entendu de réaliser des photos de paysages mais tout autant des prises de vue en astrophotographie. Lors de l’élaboration de notre programme, qui fut on l’avoue très sommaire, nous avions espéré pouvoir photographier la Voie lactée sur le site pittoresque et ruiniforme de Tre Cime. Nous n’imaginons pas alors la journée mémorable que nous allions vivre sur place, et surtout la nuit d’anthologie sur ce site classé au patrimoine mondial de l’humanité. Si cette destination vous intéresse, je ne peux vous conseiller ce site, qui vous présente à merveille les lieux.

Le jour J, nous sommes arrivé au parking après nous être acquitté de notre péage. la voiture garée et le sac de rando sur le dos, direction le fameux site de Tre Cime en repérage. Sachant que nos projets photographiques étaient très orientés sur du nocturne, aube et crépuscule, il nous était nécessaire de bien connaître les lieux pour nous déplacer de nuit sans risque en ayant une connaissance du terrain.

Après notre repérage, retour au parking et direction l’auberge afin de se mettre à l’abris de l’orage qui menaçait et qui finira par nous toucher pendant une grosse partie de l’après-midi. Le soir, environ une heure avant le coucher du soleil, direction le premier spot photo que nous avions repéré. Le brouillard devenait de plus en plus important et finira par recouvrir l’ensemble du site quelques dizaines de minutes après le dernier rayon du soleil. Le projet de photographie de la Voie lactée semblait à ce moment là bien mal embarqué. Nous décidons à ce moment là de prendre la direction de notre abris de fortune pour la nuit, une grotte repérée l’après-midi même. Cette dernière, véritable balcon sur le massif nous offrait sans se déplacer une vue magnifique sur le massif de Tre Cime, certes sans aucun confort, mais la vue y était totalement grandiose. Ne restait pas qu’à attendre une fenêtre de tir permettant la prise de vue en photo de la Voie lactée au dessus des montagnes.

La voie du bonheur…

Installé à même le sol dans la grotte nous déplions les sacs de couchage et profitons du temps d’attente pour enfin avaler un rapide repas chaud (vive les nouilles chinoises dans ce cas de figure), puis vient le temps d’installer le matériel et d’attendre enfin une fenêtre météorologique. Vers minuit le ciel se dégage enfin au dessus de nous, ce qui semble indiquer que le moment tant attendu devrait enfin arriver. Après 20 minutes d’impatience qui nous parurent des heures, ce que nous souhaitions arriva enfin. La Voie lactée était présente exactement là où nous l’attendions, le brouillard encore fortement présent sur l’Est et donc sur le relief, mais l’astrophotographie devenait possible. Le temps de faire 1 essai en choisissant bien le placement, de bien cadrer et de déclencher 2-3 prises et le ciel se couvrait de nouveau avec le retour d’un brouillard épais. L’attente recommençait de nouveau en espérant une seconde fenêtre.

Après une longue attente, et la fatigue s’accumulent (surtout après une journée bien chargée en marche)  nous décidions de dormir un peu, n’espérant plus grand chose à ce moment là. Stéphane plus prévoyant et mieux équipé que moi que moi réussit à s’endormir rapidement, mais pour ma part transit par le froid, n’ayant pas d’isolant avec le sol et la température ne devant pas excéder les 3 ° à 2500 m d’altitude, le sommeil fut de courte durée (20 min). Lors d’un de mes très nombreux réveils je me rendit compte qu’on apercevait de nouveau les sommets en face, le brouillard disparaissant progressivement. Le temps de sauter du sac de couchage, de réveiller Stéphane et les affaires reprenaient de nouveau. Cette fenêtre de tir ne durera pas plus longtemps que la précédente, avec seulement 5 min de ciel clair.

Voie lactée à Tre Cime | Paysage de nuit © Pierre ROLIN - Photographe Nancy - Lorraine / Grand Est
Voie lactée à Tre Cime | Paysage de nuit © Pierre ROLIN - Photographe Nancy - Lorraine / Grand Est

24 heures aux portes du paradis.

L’heure bleue arrivera ensuite, le brouillard disparaîtra de nouveau et le jour prendra ensuite place. Bien que ce fut bref et long en attente, le bonheur de photographier ce type de panorama est un pur bonheur. Au final, on oublie rapidement le froid et la fatigue, vite remplacé par l’excitation d’avoir passé la nuit dans ces conditions, ce qui fut une expérience magique.

Découvrez la vidéo sur ma page YouTube et découvrez ces 24 heures de folie en images.